Odeur et qualité : fromage et vin

Un  fromage authentique, un vin de qualité

L’odorat aiguise le goût et augmente les ventes. C’est l’un des critères rendant compte de la valeur des produits, leur fraîcheur et originalité. Nul ne peut exclure cette faculté au moment de l’appréciation des articles, notamment, tout ce qui a trait à la gastronomie.

L’appréciation d’un fromage ne se fait pas uniquement par la faculté gustative. Il s’avère que pour en évaluer la qualité, faire appel aux propriétés olfactives est indispensable. C’est un protocole à la fois efficace est fiable pour les amateurs du fromage. Il va de soi pour les vins, les goûts et les arômes sont les deux critères évaluatifs occasionnant les choix des clients.

Les odeurs se proclament comme étant des molécules volatiles qui se propagent en l’air et impliquent le nez du consommateur.

Le fromage qui pue

Le fromage est l’un des aliments dont la valeur se mesure par une odeur répugnante. Il y a bien de personnes qui préfèrent les fromages au lait pasteurisé et refusent de goûter les fromages à odeurs fortes.  Toutefois, un fromage de terroir se particularise par une odeur forte, voire insupportable. Mais, le goût est grandiose ! Incontournable ! D’où la saga des fromages français dans le monde. Une grande authenticité, des odeurs puantes et des goûts magiques nous font découvrir les saveurs subtiles de la campagne française.

Le vin

Rien n’est aussi fascinant que l’arôme d’un vin. Mais le déguster n’est pas le seul critère pour en faire l’éloge. Son odeur émane de son arôme et implique la perception par retro-olfaction. Ainsi, les émotions du consommateur surgissent et deviennent les vecteurs principaux de ses décisions. Les vins nobles et très appréciés sont ceux qui propagent les senteurs des fruits à chair blanche, d’un raisin bien mûr, alliées à l’odeur du musc. Un tel mélange révèle la grandeur et la noblesse d’une boisson rare et appétissante. Les concepteurs du vin de qualité se fient aux senteurs les plus fraîches et les plus douces pour attirer la clientèle.

Le vin à table quant à lui, il se sert à une température au dessous de 20 degrés, sinon on risque de dilapider ses parfums et son charme. Les senteurs d’un vin ne doivent pas être suggérées, à contrario, elles sont censées être diffusées pour être ressenties. La correspondance des sens pousse le plaisir jusqu’à l’euphorie et devient le moteur principal de nos choix et penchants.

 

2 réponses

  1. Exectement le style d’idee dont je me fesait du sujet, merci beaucoup pour tres complet article.

  2. You’ve got a awesome site here properly done great job
    Bobbie Murrah http://cheapcartierframes.teenblog.com/

  3. […] Tous les professionnels de l’œnologie le diront, la dégustation d’un vin passe en premier par son appréciation olfactive. Il faut avant tout sentir ses arômes si l’on souhaite le savourer pleinement, car n’oublions pas que le nez est intimement lié aux papilles gustatives. […]

Ajouter un commentaire